Partager

 
 
 
 

 

À travers la pratique de la sculpture, de l’installation, de l’écrit et de la performance, Tiphaine Calmettes travaille à habiter et aviver les fictions qui façonnent notre rapport au territoire. Ses travaux développent une forme de vie et d’organicité. Elle créée des sculptures en devenir où transparait le travail du vivant. Elle imagine des dispositifs qui s’activent par le biais de repas, de discussions, de performances. Elle analyse nos modes alimentaires. Elle revisite des récits anciens. Elle puise à la source, ravive nos mémoires enfouies. À la manière des conteuses, elle réinvestit des pratiques collectives et des rites ancestraux.

...............................................................


Invitée par les Laboratoires d’Aubervilliers à poursuivre ses recherches au sein de la Semeuse, Tiphaine Calmettes a fait de sa résidence un espace de rencontres, d’échanges et de création, en vue de la construction d’un four à pain en terre crue dans le jardin de la Semeuse.

Au programme : fabrication de tuiles, façonnage de la terre crue, initiation au pétrissage et à la cuisson du pain. Des techniques traditionnelles, méconnues ou oubliées, que Tiphaine Calmettes propose de raviver à la faveur de rencontres avec celles et ceux qui perpétuent le souvenir de ces gestes et pratiques.

De son mode de production à ses usages au quotidien, ce four à pain façonné dans le terreau d’une mémoire ancestrale, a pour vocation de constituer autour de lui une chaîne humaine faite de transmission et d’échanges. Évoquant le four communal des villages d’autrefois, il se veut un lieu de sociabilité où générations et cultures se croisent et s’hybrident.

Tiphaine Calmettes envisage également ce four comme un lieu d’émancipation collectif, où l’acquisition de nouveaux savoir-faire ouvre sur une plus grande autonomie et capacité d’agir sur nos vies. Par ce chantier, elle invite à s’emparer des outils à notre disposition et à apprendre à s’en servir, appliquant ainsi les principes d’une « politique conviviale », pour reprendre les termes du philosophe Ivan Illitch.

Construit « avec les moyens du bord », à l’aide d’outils de base, disponibles sur place et accessibles à tous, c’est aussi avec le reliquat de terre d’un ancien projet des Laboratoires que le four est construit. Loin de constituer un simple décor dont il faudrait contourner les contraintes, le lieu – son écosystème, son économie, sa mémoire et la mémoire de celles et ceux qui le traversent et l’habitent – constitue ainsi le moteur et la matière même de ce projet.

...............................................................


Les différentes étapes de la résidence

De janvier à avril 2021
Atelier de fabrication de tuiles avec les femmes de l’Association « Maïda pour Tous »
Décorées de motifs végétaux inspirés des plantes avec lesquelles les femmes de l’association ont l’habitude de se soigner, ces tuiles entrent en résonnance avec la recherche de La Semeuse autour des savoir-faire ancestraux et du soin par les plantes. Faites de gré et de faïence, elles viendront se poser sur le toit de la charpente du four à pain.

Du 26 au 30 avril, puis du 3 au 7 mai 2021
Chantier de construction du four à pain en terre crue, avec Samuel Dugelay
Réalisé en collaboration avec un dizaine de bénévoles, ce chantier est mené avec l’aide de Samuel Dugelay, spécialiste de la terre crue.

Mai 2021
Atelier de fabrication du pain avec les femmes de l’Association « Maïda pour Tous »
Les femmes de « Maïda pour Tous » partageront leur savoir-faire au cours d’un atelier consacré aux techniques traditionnelles de fabrication du pain.



 

 

 

ARF