Publication#4 - MARCELLINE DELBECQ : LE TÉMOIN, Á L'USAGE DU TERRAIN
Vendredi 25 mai 2018, 20h30 » 22h30

Publication#4 - MARCELLINE DELBECQ : LE TÉMOIN, Á L'USAGE DU TERRAIN

 

 

MARCELLINE DELBECQ

LE TÉMOIN, Á L'USAGE DU TERRAIN

Quatrième publication : vendredi 25 mai 2018, à 20h30

Avec la contribution d’Adrien Genoudet,
historien et écrivain

 

Présente sur le stade Sadi-Carnot du 7 au 25 mai 2018, l'écrivain Marcelline Delbecq propose un temps public de restitution le vendredi 25 mai 2018 à 20h30.

 

Marcelline Delbecq à travers cette invitation souhaite interroger la figure du témoin qui n’aurait pas vu/entendu/vécu un événement. Son utilisation du récit, de la voix, élabore un univers narratif mis en mots et en sons pour convoquer un ensemble d’images mentales oscillant entre documentaire et fiction, passé et présent. Adrien Genoudet, écrivain, cinéaste et chercheur en histoire visuelle, livrera son témoignage du stade Sadi-Carnot mêlant image et langage aux côtés de celui de Marcelline Delbecq.

« Le témoin : ‘‘Le latin a deux termes pour désigner le témoin. Le premier, testis, dont vient notre « témoin », signifie à l’origine celui qui se pose en tiers entre deux parties (terstis) dans un procès ou un litige. Le second, superstes, désigne celui qui a vécu quelque chose, a traversé de bout en bout un événement et peut donc en témoigner’’. 
_ G. Agamben, Ce qui reste d’Auschwitz, p 17.

Le témoin dans mon travail est l’incarnation, la condensation de ces deux définitions. Á ces deux définitions il faut également ajouter celle du contrepoint en composition.
Le témoin serait donc a minima l’incarnation de la figure du contrepoint ».

Rémy Héritier

 

-------------

Entrée libre sur réservation
à reservation@leslaboratoires.org ou au 01 53 56 15 90

-------------

 

 

images Marcelline Delbecq

 

Publications sources de la participation de Marcelline Delbecq au projet L’usage du terrain de Rémy Héritier et Léa Bosshard

 

______________________

 

Marcelline Delbecq est artiste et écrivaine, née en France en 1977. Après avoir étudié la photographie à Chicago (Columbia College) puis à New York (ICP) de 1995 à 1997, Marcelline Delbecq a obtenu un DNESP aux Beaux-Arts (Caen, 1997-2002) puis un DESS Arts de l’exposition à l’Université Paris X-Nanterre (2002-2003) suivi d’une résidence au Pavillon (Palais de Tokyo, 2004-2005). Elle est actuellement doctorante SACRe à l’École Normale Supérieure sous la direction d’Antoine de Baecque, où elle entame une recherche sur le mouvement dans l’image fixe.
Son utilisation du récit, de la voix, élabore un univers narratif mis en mots et en sons pour convoquer un ensemble d’images mentales oscillant entre documentaire et fiction, passé et présent. Dans ses installations sonores, publications et lectures en public, les mots mettent en jeux la question du regard en devenant à leur propre tour des visions. Publications récentes :
Beyond Sound, entretien avec Pascale Cassagnau (Daviet-Thery éditeur, 2018), Oublier, voir (Manuella éditions/Fondation Cartier, 2015), Camera
(Manucius, 2015) et Silence trompeur (Manuella éditions, 2015).
Quelques lieux d’expositions et de lectures : Palais de Tokyo, Fondation Ricard, Fondation Cartier, Musée de l’Oragangerie, Kadist Art Foundation, Galerie Xippas, Centre Pompidou, Musée du Louvre – Paris ; Centre Pompidou – Metz ; CCS Bard, Dispatch, Art in General, e-flux, School of Visual Arts – New York ; Johan Koenig Gallery, Chert Gallery – Berlin; Malmö Konstmuseum – Malmö ; Fri Art – Fribourg; Mudam – Luxemburg ; Beirut Art Center – Beyrouth.

Adrien Genoudet est écrivain, cinéaste et chercheur en histoire visuelle. Après des études en histoire et en anthropologie, il prépare une thèse en cinéma et mêle sa pratique artistique à ses travaux de recherche. Il est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche au Collège de France, attaché à la chaire du Pr. Patrick Boucheron depuis septembre 2016. Il enseigne le cinéma, l’histoire et les arts visuels à Sciences Po Paris depuis 2012 et à l’École Européenne Supérieure de l’Image (ÉESI). Il a également enseigné à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales entre 2013 et 2014. Depuis 2013, il est chercheur associé à l’Institut d’histoire du Temps Présent (IHTP) au CNRS et chercheur-associé au Musée Albert Kahn. Il a publié un premier essai Dessiner l’histoire. Pour une histoire visuelle, préfacé par Pascal Ory (2015) et est l’auteur d’un premier roman, L’Etreinte, aux éditions Inculte (2017). Il a réalisé deux longs métrages et trois courts métrages présentés dans le cadre de festivals ou dans des centres d'art. En 2017, il est lauréat du prix de la Fondation Hugot du Collège de France.

 

Vendredi 25 mai 2018, à 20h30