Share

 
 
 
 

 

L'ART DE CONSERVER LA SANTÉ

Avec le Festival d'Automne à Paris

 

Partant de l’ouvrage éponyme du XIIIe siècle, la danseuse et chorégraphe Ondine Cloez, en résidence aux Laboratoires d’Aubervilliers, multiplie avec L’art de conserver la santé les propositions en arborescence : une pièce chorégraphique, des balades et visites, des conférences prolongeant sa réflexion sur la santé et le Moyen Âge.

Une pièce chorégraphique ― composée d'un trio chanté, parlé et dansé ― prend pour point de départ les aphorismes d’un ouvrage célèbre du XIIIème siècle : Regimen Sanitatis Salernitanum ou l’art de conserver la santé. Le texte, écrit au Moyen Âge, anonyme et probablement collectif, s’inscrit dans les préceptes de l’école de Salerne considérée comme la première école de médecine en Europe.

Des poèmes en alexandrins reprennent des principes d’hygiène et de santé afin qu’ils soient mieux mémorisés et mis en pratique. C’est une suite de conseils, de recommandations sur les moyens de renforcer sa santé et d’éviter les maladies et déséquilibres qui conduisent à la mort.

Le spectacle fait entendre ces poèmes qui sont à la fois comiques, simples et surprenants. Bien que vieux de 800 ans, ils paraissent étonnamment proches. Bien-sûr certains conseils sont dépassés, voire dangereux, mais la plupart restent toutefois d’actualité, ceux concernant les plantes médicinales par exemple.


Répétition et création

Lorsque nous pensons au Moyen Âge, cette époque nous apparaît lointaine, révolue, nous avons du mal à nous y identifier. Les historien.ne.s médiévistes affirment que nous ne connaissons pas les gestes du Moyen Âge. Par exemple, nous ne savons pas comment les gens se disaient bonjour dans la rue. En tant que chorégraphe, imaginer une époque sans ses gestes me paraît une contradiction intéressante. La quête des gestes perdus et absents me semblent constituer une piste féconde. Le public peut-il entrevoir des gestes médiévaux en observant des corps de danseuses contemporaines ?
Ondine Cloez se réfère aux études de Guillemette Bolens, sur la kinésie en littérature ― tel Le Style des gestes : corporéité et kinésie dans le récit littéraire, 2008 ― qui englobe sensations, émotions, mémoire, corps, intelligence cognitive et kinesthésique.
Formellement, le désir n’est pas que le Moyen Âge devienne l’esthétique de la pièce, mais plutôt de réfléchir à comment, aujourd’hui, nous parvenons ou non à nous mettre en relation avec le passé. Ce passé qui a peut-être survécu à notre insu dans nos corps, via nos gestes. Il ne s’agit donc pas de retrouver des gestes, mais de travailler sur ce qui manque, en somme sur ce que nous ne pouvons pas « montrer ».


Plantes, jardins, balades

Regimen Sanitatis Salernitanum ou l’art de conserver la santé est un ouvrage qui contient beaucoup d’informations sur les plantes ― sur celles que nous mangeons autant que sur celles que nous utilisons pour nous soigner. Aidée de La semeuse, Ondine Cloez souhaite proposer aux publics des Laboratoires des balades dans le cadre du CDDU / le Centre de Développement de la Déambulation Urbaine. Occasion notamment de permettre la découverte de certains espaces cultivés à Aubervilliers, et de mettre en relation ce que nous voyons aujourd’hui avec ce qui a pu exister il y a 800 ans au même endroit, ou en tout cas dans la région européenne.
Ces balades n’ont aucun caractère scientifique ou historique, on y entendra quelques préceptes décrits dans l’ouvrage L’art de conserver la santé tout en se promenant dans les jardins post-industriels. Chacun pourra se demander ce qu’il reste d’une pratique de culture et d’alimentation propre au Moyen Âge.


Le Moyen Âge n’est pas loin

Ondine Cloez se voit parfois faire un geste, avoir une attitude corporelle copiée à sa grand-mère, ou qu’elle lui a transmise : certains des gestes de ses aïeux sont imprimés en elle. Et il est aisé d'imaginer que sa grand-mère entretenait le même rapport avec sa propre grand-mère, et la grand-mère de sa grand-mère également.
Ainsi, de grand-mère en grand-mère, il ne faut que de 12 grand-mères de grand-mères pour arriver au 13ème siècle. C’est difficile à imaginer mais pas impossible.

Un autre volet de la résidence consistera à rencontrer des personnes âgées à Aubervilliers. A partir des chansons du Regimen Sanitatis Salernitanum, la chorégraphe envisagera de leur demander s'iels aussi connaissent des chansons que leur ont apprises leurs parents ou grands-parents, des chansons dans leur langue maternelle.

 

PROGRAMME :
Réservation en ligne 
cliquer sur chaque date pour y accéder

Jeudi 12 novembre 2020 à 20h
L'art de conserver la santé #1

Vendredi 13 novembre 2020 à 20h
L'art de conserver la santé #2

Samedi 14 novembre 2020 à 20h
L'art de conserver la santé #3

Dimanche 15 novembre 2020 à 15h
L'art de conserver la santé (RELAXED PERFORMANCE) #4

 

 

...............................................................

Les Laboratoires et Ondine Cloez
sont soutenus par le Département de la Seine-Saint-Denis.