Partager

 
 
 
 

 

Pauline Le Boulba est artiste et chercheuse en danse. Son travail s’est déployé à travers une thèse de recherche-création au département Danse de Paris 8 et à partir de laquelle elle a imaginé le triptyque La langue brisée (2015-2018), une série de trois solos qui sont des réponses dansées à des danses qu’elle a vues. Ce travail a été présenté aux Laboratoires d’Aubervilliers, à la Ménagerie de Verre, au Théâtre de la Cité Internationale, au Centre National de la Danse, au Centre d’Art Passerelle à Brest ou encore à l’Université de Rennes 2.
Mêlant dans ses pièces texte projeté, prise de parole parlée et chantée, partition gestuelle et documents vidéo, elle fabrique un agencement de ces différents médiums pour inventer une langue sensible et poétique. Envisageant les œuvres des autres comme des bords depuis lesquels il est possible de s’appuyer et de délirer, elle s’attache à restituer au plateau une histoire de la danse depuis le point de vue d’une spectatrice-performeuse. Nourrissant un intérêt pour l’histoire des luttes LGBTQI+ et les récits minoritaires, elle combine savoirs théoriques et savoirs populaires, descriptions de gestes et rap, matériaux documentaire et fictions.