• résidence
  • théâtre
  • 2014




Le Kung Fu retrace le récit de l'enfance de Dieudonné Niangouna dans le Congo des années 70 et 80, époque où le cinéma, alors qu'il faisait défaut sur la place publique, est devenu pour le metteur en scène et auteur congolais un fil conducteur puissant entre son parcours artistique personnel, son histoire familiale et la construction d'une parole habitée par la fiction cinématographique. Des films de Kung Fu et populaires aux films d'auteur, le cinéma fut pour lui matière à se construire une identité, à incarner le verbe dans l'action, jusqu'à la rencontre avec le théâtre. De cette expérience demeure l'urgence de l'écriture que l'auteur revendique comme nécessairement soluble dans le temps - pour un théâtre éphémère donc - la fabrication des images, également furtives, indissociables de la mise en scène et du passage à l'acte, sur scène. Cette urgence autant que la mémoire qu'elle construit, Dieudonné Niangouna l'a mise en partage avec les Albertivillariens qui se sont associés à ce projet en rejouant les scènes de leurs films cultes. Dès lors, ce sont plusieurs récits qui s'entrecroisent, de multiples géographies qui s'entremêlent et la question même de l'identité de chacun qui surgit. 

Le Kung Fu a été créé aux Laboratoires d'Aubervilliers en juin dernier après plusieurs mois en résidence de création et d'écriture aux Laboratoires. Le texte Le Kung Fu a été publié en septembre aux Solitaires intempestifs.


Tournée:
13, 14 juin: Les Laboratoires d'Aubervilliers (France)
6, 7 novembre: Théâtre des Salins (Martigues, France)
15, 16 novembre: Künstlerhaus Mousonturm (Francfort, Allemagne)
19, 20, 21 novembre: Les Laboratoires d'Aubervilliers (France)
20, 21 janvier 2015: Théâtre de Bonlieu (Annecy)
Février 2015: Théâtre de Vidy-Lausanne (Suisse)


Image: Christophe Raynaud de Lage, Le Kung Fu (Les Laboratoires d'Aubervilliers, juin 2014)


Avec le soutien de la Région Île-de-France, dans le cadre du programme régional de résidence d'écrivain