Partager

 
 
 
 
  • Résidence 2017
  • Hospitalité



Le projet « Le Wampicôn et ses hôtes » est initié par Patrick BERNIER et Olive MARTIN dans le cadre d'une résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers en janvier et juin 2017. Il est composé d'un ensemble de rencontres, visites et ateliers menés par les deux artistes avec la classe UP2A du collège Jean Moulin à Aubervilliers dans le cadre du dispositif PED.


L'usage d'une œuvre d’art dans l’espace public relève d’un subtil entrecroisement de désirs et de hasards, d’alchimie entre les volontés des uns et les réactions des autres, entre des initiatives à échelles individuelles et des encadrements institutionnels. Depuis son installation dans la cour du collège Jean Moulin, au titre du 1% artistique, le Wampicôn, surface commune d'expression graphique, comme son pendant numérique, le Wampigraph, accessible en ligne, sont régulièrement activés : en témoignent les photos transmises par le principal du collège et l'enrichissement de la collection de dessins diffusée par la Rivière (écran dédié) au CDI. L'œuvre est autonome. Les artistes, Olive Martin et Patrick Bernier, s'étaient néanmoins mis à la disposition de l'équipe administrative et pédagogique pour accompagner des classes ou des groupes d'élèves dans l'approfondissement et l'expérimentation conjoints de l'œuvre.

Après une première expérience avec sept élèves de 5e et un assistant d'éducation, en septembre 2015 lors des journées du patrimoine, c'est grâce au dispositif PED (Projet éducatif départemental) mis en place par le Département de la Seine-Saint-Denis, en collaboration avec Les Laboratoires d'Aubervilliers, que cette année a vu la concrétisation de cette proposition. Une belle occasion pour le centre de production artistique et le collège qui s'inscrivent dos à dos dans une même parcelle géographique, de s'ouvrir l'un à l'autre et rendre poreuse la cloison tant symbolique que physique qui les sépare. L'occasion également de mettre en jeu avec son voisin l'un des axes de l'oeuvre : partager activement un territoire.

La collaboration spécifique de cette année s’est faite en concertation avec Mme Horbant, professeur, responsable de la classe UP2A (Classe d'accueil tous niveaux du collège). Les artistes ont été invités à proposer leur projet à une petite vingtaine d’élèves, entre 11 et 18 ans, arrivés récemment en France. Cette classe de transition les aide à apprendre la langue et à se familiariser avec le système scolaire avant de rejoindre les autres classes.
C'est la question de l'hospitalité et de l'accueil que le groupe, fort de son expérience, s'est donné de discuter et d'illustrer au cours d'ateliers d'une ou plusieurs journées réparties entre janvier et juin 2007. Ceux-ci alternent des temps de réalisation pratique sur les supports proposés par l'oeuvre - son logiciel et le panneau de perles - ainsi que d'autres expérimentations dessinées ou filmées.

En complément à cette approche pratique et en référence aux objets dont s'inspirent le Wampicôn, le groupe a été reçu pour des visites commentées - au Musée du Quai Branly à Paris et aux Archives diplomatiques à la Courneuve -, respectivement l'endroit où sont conservés, en tant qu'artefacts culturels désactivés, des ceintures de perles amérindiennes (wampums), et le lieu où elles pourraient avoir leur juste place en tant que traités bilatéraux.

Une première visite aux Laboratoires et un repas partagé qui ont inauguré les ateliers en janvier dernier ont donné l'idée d'y organiser un évènement qui en rendent compte : les élèves se feront les hôtes des Laboratoires le mardi 23 mai 2017 en s'appropriant les lieux pour vous recevoir !

Ce projet permet d’inventer ensemble et progressivement des manières d’activer l’œuvre existante, de déployer un imaginaire et les modes d’expressions des élèves à partir d’elle. Il avance pas à pas, au fil des attentions qu’il parvient à tenir, des uns pour les autres, des désirs de prendre le crayon pour dessiner ce que serait un « motif d’hospitalité », des découvertes de totems, de masques ou de costumes historiques qui puissent faire écho à sa propre histoire ou à celles des autres, d’étonnements devant des recueils cousus d’or qui contiennent les échanges anciens entre les chefs d’Etats de France et d’Amérique, de traduction à tour de rôle du mot « bienvenu » dans sa langue au tableau, de tentative de nommer les espaces d’accueil, de réflexion sur quoi offrir et quoi recevoir, et comment.

Plus qu’un projet, ce sont les conditions d’une expérience commune qu’ont mises en place Patrick Bernier et Olive Martin, faisant fi des logiques de résultat, trop concentrés qu’ils ont tous été à laisser advenir une question fondamentale : ce qu’on s’apporte.

Patrick Bernier et Olive Martin tiennent remercier tout particulièrement :
La classe UP2A, Patricia Horbant et l'équipe des Laboratoires d'Aubervilliers, mais aussi Morten Salling et Dominique Bourzeix du Département Seine-Saint-Denis ; Valéry Devillers-Braun, principal du collège, Ambre Xavier et les enseignantes du collège Jean Moulin à Aubervilliers ; Claudia Le Guellanff, documentaliste, Christine Pomerantz et Sébastien Delelis qui les ont reçu aux archives Diplomatiques
ainsi que les services pédagogiques du Musée du Quai Branly, à Paris.

 

images tous droits résevés