Partager

 
 
 
 
Phoenix Atala et ses étudiant.e.s | Ebabx Bordeaux | 2021


Camille Benbournane, Alexiane Trapp, Iro Simeonidis, Hyunhee Park, 
Yu-Wen Wang, Nino Ram, Emma Lauro, XiaoXing, Emma Labarthe, Zine Andrieu, Adrien Edeline, Tristan Morel et Esther Sauzet étudient à l’école supérieure des beaux-arts de Bordeaux (ebabx). 
À l’invitation de Phoenix Atala ils ont passé 3 jours aux Laboratoires d’Aubervilliers.
Elles et ils montraient leurs travaux, ouvraient leurs dossiers, faisaient visiter leur chantier

...............................................................


Yu-Wen Wang
« Je ne les trouvais plus, mais ils existent toujours. »


Ce qui devrait être dehors s’installe à l’intérieur, cet intérieur accueille un autre extérieur. Tout est visible au travers de la fenêtre, néanmoins, il faudrait rentrer pour pouvoir écouter une voix compréhensible. 
L’évaluation d’un terrain qui n’est pas destiné à l’accueil de tentes ou de caravanes en utilisant des critères dans le cadre du camping, cet acte fait partie d’une déclaration. Une déclaration vient de moi, qui considère cet endroit (Les Laboratoires d’Aubervilliers) en tant qu’un terrain de camping. 
De ce fait, la plantation d’une tente se retrouve ensuite dans sa légitimité. Les questions se posent : a-t-on le droit de s’installer où l’on voudrait ? Serait-il possible de s’approprier un territoire par le geste de « déclarer », « marquer », ou même « s’attacher » à un lieu ? 
Avec sa légèreté et sa mobilité, une tente est produite afin qu’on puisse se déplacer facilement. Dans cet endroit qui est fait pour bouger, une vidéo montre des trajets de déplacement. 
Un déplacement de recherche : une image, quelqu’un.e, des réponses, un espace auquel s’implanter.

...............................................................


Nino Ram et Emma Lauro
« Se superpose à la harissa l’omelette, les olives, les oignons crus, l’usine, l’immeuble, la rôtisserie. »

...............................................................

Alexiane Trapp
« Il me reste un petit bout de terre coincé entre les dents. »

Je n’ai pas fini de digérer
le partage des deux gâteaux 
et la lecture
sur certaines choses que l’on ingère 
qui peuvent faire acte de passage, devenir état transitionnel ou faire vivre à travers soi. 

Laisser à présent se propager le souvenir, 
la peluche, les cendres, la terre,
ou aviver un peu de curiosité. 

...............................................................


Esther Sauzet
« Il y a des taches qui ne partent pas au lavage : les taches de peinture, les taches de rousseur »

...............................................................

Elise S
Où il fut question :
de traverser les murs
de hurler sur les portables éteints
de faire pousser des brocolis, apparître des lits, pour combattre la faim et combattre le froid

Nous avons croisé :
des nouilles instantanées dans le canal
le dieu des pieces de monnaie à Quatre-Chemins
quand sur la place de la mairie rode un ptérodactyle