Partager

 
 
 
 


Buenos Aires, 18 Décembre 2017, manifestation monstre contre la réforme du système des retraites voulue par le président Macri _ © Cologens


 

Laboratoire Mobile Poison 2.

 

 

Les Laboratoire d’Aubervilliers accueillent Adeline Rosenstein pour un temps de recherche sur les façons de traduire en scène des documents sur la guerre de libération nationale algérienne.

Le projet LABORATOIRE POISON est une recherche en plusieurs spectacles comparant la répression de différent mouvements de résistance entre 1943 et 1976. Le premier a été créé à Bruxelles en janvier dernier et sera représenté à Marseille en juillet prochain.

Les LABORATOIRES MOBILES sont un dispositif de recherche documentaire théâtrale. Nous présentons quelques scènes traduisant des événements historiques, mettant en jeu des faits de trahison sous la menace de la répression violente ou sous la torture. A travers ces scènes, nous posons en général la question de notre résistance morale ; cet été nous avons étudié des exemples tirés de la guerre d’Algérie, lorsque l’armée française se disait «révolutionnaire» et se formait à l’action dite «psychologique», le double-langage régnait en maître.

Le LABORATOIRE MOBILE POISON sert à récolter des petits récits et des hypothèses auprès du public, il se joue partout.

Le LABORATOIRE MOBILE POISON 2 se demande pourquoi, historiquement, certaines personnes porteuses de discours antiraciste adoptent des comportements racistes. On en cherche des traces dans la répression des mouvements de libération nationale algérienne.

Avec : Marie Devroux, Rémi Faure, Isabelle Nouzha, Titouan Quittot, Anna Raisson, Adeline Rosenstein.

 

Une ébauche du LABORATOIRE MOBILE POISON 2 sera présentée au public aux Laboratoires d'Aubervilliers le

Vendred 24 janvier 2020 à 20h

Entrée libre
sur réservation en ligne

 

 

 


© Serge Gutwirth