Partager

 
 
 
 

 

« Initié en 2011, Pour une thèse vivante est un projet qui témoigne d’une part de mes réflexions sur l’idée d’un art en tant qu’artisanat, ensemble de savoirs déjà établis et qui se manifeste d’autre part dans un mouvement permanent. Ce projet naît en effet dans l’acte même de ma pratique. À la croisée de l’art, de la science et de l’anthropologie, je m’interroge via Pour une thèse vivante sur la façon dont un corps peut incarner ou non un savoir, un savoir-faire, la manière dont celui-ci est nécessairement exposé à l’autre, et comment ces gestes peuvent formuler la fulgurance d’un sens.

Pour mener à bien ce questionnement, j’invite des collaborateurs artistiques, des personnes issues de différents champs professionnels et de différents arts et métiers : un boucher, un modèle de cours de dessin, un tailleur de pierres, une actrice du cinéma, un psychanalyste, une historienne d’art, etc. À travers ces invitations, la disposition et la composition des différents matériaux, Pour une thèse vivante cherche à donner de nouvelles perspectives et sens aux gestes, en d’autres termes à réinscrire ma propre pratique avec celle des autres, révéler ce qu’est mon métier.

Depuis 2011, à travers de multiples invitations, résidences et rencontres, ce travail s’élabore avec une série d’épisodes qui structurent la thèse vivante. En 2019, aux Laboratoires d’Aubervilliers sera mis en oeuvre et en acte le projet final de Pour une thèse vivante sous le nom de Un CCN en terre et en paille.

La finalisation de cette thèse consistera donc en la réalisation de cet « objet-architecture-lieu » de 20m2 dans un espace pensé comme une scène ouverte où le public assistera et participera à la construction. Des ouvertures scénographiées et performées et trois représentations, chacune inédite de POUR UNE THÈSE VIVANTE seront proposées.

Ce volet final consiste donc à construire son habitat, créer son mode de vie et de travail, « créer son temps », tout en interrogeant le geste de faire et l’acte de création d’une autre manière ».

— Claudia Triozzi